LES CONCOURS DE L'ACADEMIE, LE PRIX DE ROME DE PEINTURE

Le sujet de la troisième et derniére épreuve du Prix de Rome en peinture, lui-même composée de deux parties : une esquisse dessinée et une grande peinture d'environ 114 cm x 147 cm est annoncé solennellement par le secrétaire perpétuel de l'Académie à la dizaine de candidats qui restent sélectionnés.
Les peintures achevées sont vernies et présentées avec des esquisses dessinées afin que le jury, les journalistes et le public puissent les voir. Un jugement sera opéré quelques jours plus tard par les membres de la section peinture de l'Académie. Un et parfois deux grand prix sont attribués, de même que d'autres distinctions. Si aucune oeuvre n'obtient l'adhésion du jury, le prix sera remis à l'année suivante.
Les reproductions suivantes dates de la première moitié du XIXème et l'on remarquera une unité certaine, non seulement par le format imposé mais également dans le traîté, la composition et, bien entendu, par l'influence alors dominante du néo-classissisme. En outre, le temps relativement court imparti pour l'exécution, celle-ci dure deux mois où les "logistes" sont enfermés à l'intérieur de l'école dans des pièces séparées sans pouvoir communiquer entres-eux, ne permet guère les multiples reprises.

http://www.beauxartsparis.fr/fr/la-collection/peinture
Conservatrice responsable : Alice Thomine-Berrada
Parmi les 2000 peintures que possède l'École, une centaine ornait avant la Révolution les salles de l'Académie royale au Louvre : morceaux pour le Grand Prix, morceaux de réception que les nouveaux membres donnaient à la compagnie, portraits, dus au pinceau de Hyacinthe Rigaud, Fragonard, David, Hubert Robert... L'École des XIX et XXème siècles a régulièrement conservé les morceaux pour le Grand Prix en peinture d'histoire et en paysage historique, pour le concours du Torse et pour les prix d'esquisses peintes et après 1968, pour des prix de fondation annuels. Des œuvres de jeunesse d'Ingres, Bouguereau..., illustrent l'histoire de l'enseignement de la peinture académique en France. L'École abrite aussi une collection de copies peintes ; plusieurs sont présentées au-dessus des moulages de l'église des Petits-Augustins. La plus spectaculaire est Le Jugement dernier, d'après Michel-Ange, sans doute la plus grande peinture sur toile exposée en France.

Ecole des Beaux-Arts de Paris, un exemple de fiche type :
Titre / désignation :
Peinture, La mort de Jacob de Henry-Joseph Forestier
Matière et technique : Huile sur toile  114 X 148, créée en vue de : Travaux d'élèves, concours, diplômes : Prix de Rome de Peinture 1813
Historique administratif :
Numéro d'entrée : MU 2948. Numéro d'inventaire : PRP 51. Cote : EX 4660. Notice n° 11032
Statut Prévu Radié : N° de radiation : PRP 51. Date de radiation 2009.

Expositions dans lesquelles l'objet a figuré :
Romantiques et voyageurs - Musée de Cahors Henri-Martin 15/02/2010-31/12/2010
Cahors, Musée Henri-Martin, Renouveau de la peinture religieuse, décembre 2009 à décembre 2010.
Le Prix de Rome de peinture. Tokyo, Shoto Museum of art, 1989
Les premiers grands Prix de Rome de 1743 à 1933, tableaux d'histoire religieuse. Catalogue Bayonne, Musée Bonnat, 1987
Les Concours des Prix de Rome 1797-1863. Paris, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, 1986
Etats-Unis d’Amérique, 1984-1985 : The Grand Prix de Rome, 1797-1863, National Academy of Design, New York, janvier-mars 1984, The Virginia Museum of Fine Arts, Richmond, avril-mai 1984, Indianapolis Museum of Art, Indianapolis, juillet-août 1984, The Walter Art Gallery, Baltimore, septembre-octobre 1984, Phoenix Art Museum, Phoenix, novembre 1984-janvier 1985, The Society of the Four Arts, Palm Beach, février-mars 1985, San Antonio Museum of Art, San Antonio, avril-juin 1985, New Orleans Museum of Art, La Nouvelle Orléans, juillet-septembre 1985.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Titre / désignation : Peinture, Samson et Dalila, Joseph-Désiré CourtNuméro d'inventaire : PRP 60
Matière et technique : Huile sur toile en cm : 114,5 X 149. Créée en vue du concours du diplôme du Prix de Rome de Peinture 1821
Historique administratif : Numéro d'entrée : MU 2956. Cote : EX 4660. Notice n° 11040

Expositions dans lesquelles l'objet a figuré :
Un Rêve Français, Les Beaux-Arts à Paris au XIXème siècle, de l’École au Salon, Beijing, Musée national de Chine, 30 janv - 6 mai 2018, puis Yunnan, Kunming.
Le Prix de Rome de peinture. Tokyo, Shoto Museum of art 1989.
Les premiers grands Prix de Rome de 1743 à 1933, tableaux d'histoire religieuse. Catalogue Bayonne, Musée Bonnat, 1987
Les Concours des Prix de Rome 1797-1863. Paris, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, 1986.
Etats-Unis d’Amérique, 1984-1985 : The Grand Prix de Rome, 1797-1863, National Academy of Design, New York, janvier-mars 1984, The Virginia Museum of Fine Arts, Richmond, avril-mai 1984, Indianapolis Museum of Art, Indianapolis, juillet-août 1984, The Walter Art Gallery, Baltimore, septembre-octobre 1984, Phoenix Art Museum, Phoenix, novembre 1984-janvier 1985, The Society of the Four Arts, Palm Beach, février-mars 1985, San Antonio Museum of Art, San Antonio, avril-juin 1985, New Orleans Museum of Art, La Nouvelle Orléans, juillet-septembre 1985.

Les études en Arts restent toujours codifiées dans les années 50, aux Etats-Unis mais aussi ailleurs, comme aux Beaux-Arts en France, et le dessin académique et d'après le plâtre demeure toujours une discipline incontournable. La mention Prix de Rome a été supprimée un peu après 1968, les quelques pensionnaires d'aujourd'hui de la Villa Medicis de Rome sont choisis sur présentation, plus ou moins arbitraire, d'un dossier.
 

 

 

 

Ambiance studieuse des années 40-50, le travail peut paraître scolaire mais on est là pour apprendre, plus tard on deviendra sans doute artiste !

sommaire

Les Etudes académiques         


Marc-Verat@wanadoo.fr