William BOUGUEREAU 1825-1905

 The Nymphaeum 1878, oil on canvas
57.01 x 82.48 inches / 144.8 x 209.5 cm
The Haggin Museum, Stockton, California, USA

Les sujets de Bouguereau reproduisent des scènes de genre pittoresque souvent peuplées d'angelots et de fillettes, ce qui a sans doute participé à son discrédit à venir, des anecdotes bibliques ou mythologiques très régulièrement prétexte à la représentation de nus. Ce n'était pas seulement l'un des meilleurs peintres de l'anatomie humaine mais il était aussi l'un des artistes les plus admirés, les plus écoutés et enviés de la fin du dix-neuvième siècle. Son oeuvre peint ne contiendrait pas moins de 822 toiles, dont beaucoup se trouvent aujourd'hui en Amérique.

Né à La Rochelle, Deuxième Prix de Rome en 1850, membre de l'Académie des beaux arts en 1876 où il a enfin été élu le 8 janvier, après douze vaines tentatives, puis membres de l'Institut en 1881, il fait aussi partie du jury au Salon au côté de Cabanel et Gérôrme. Bouguereau remporta par ses grandes décorations murales, ses tableaux mythologiques ou ses peintures religieuses (La Vierge consolatrice, Strasbourg - Regina Angelorum, Stockton Californie), un succès incontestable de son vivant.

Sa pâte "bouguereautée" sans touche apparente, son application dans le détail, en font un représentant typique de ce que l'on nomme "art académique". C'est-à-dire la forme d'art qui s'appuie sur la mise en oeuvre de techniques apprises, où le dessin tient une grande place, le tout au service de sujets à prédominance mythologique et historique mais qui ne dérangent en rien les habitudes du public.
Le rendu lisse, signe d'un métier contrôlé et soigné, associe la peinture de Bouguereau au "léché", témoin de fadeur et de laborieux dont il en devient le symbole. A tort, l'aspect à la fois lisse et grenu de ses chairs est obtenu par touches fondues et griffées, en aucun cas par blaireautage, comme il en riait lui-même.

L'exposition Bouguereau au petit Palais en 1984 donnera lieu à de belles polémiques, avec une hostilité quasi-générale de la presse mais avec un paradoxal succès public.

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

Nymphs & Satyr, 1873
oil on canvas
Sterling & Francine Clark Art Institute Williamstown
USA

 

 

Zénobie trouvée par des bergers sur les bords de l'Araxe
Huile sur toile, 147 x 113
Deuxième Prix de Rome de peinture d'histoire, 1850.

L'action, rapportée par Tacite dans ses "Annales", se déroule au cours du premier siècle de notre ère. Rhadamiste, qui avait envahi l'Arménie, se trouve confronté à une révolte. "Rhadamiste, forcé de fuir avec sa femme Zénobie, qu'il ne voulait pas laisser tomber au pouvoir de ses ennemis, la frappe de son épée, et l'ayant traînée au bord de l'Araxe, il l'abandonne au courant du fleuve. Des bergers qui l'aperçoivent accourent, s'assurent qu'elle respire encore, lui prodiguent des soins et la transportent dans la ville d'Artaxate".

En 1848, le Prix de Rome ne fut pas décerné, à cause de la révolution, une place restait vacante à la villa Médicis et c'est donc Bouguereau qui partit pour la cité papale. Fasciné par l'Italie, il y a passé son temps à voyager, dessiner les paysages et surtout les marbres, copier les fresques antiques et découvrir les maîtres.
 

Baudry Paul, 1828 - 1886
Zénobie trouvée par des bergers sur les bords de l'Araxe.
Huile sur toile, 145 x 113.
Grand prix de Rome de peinture d'histoire, 1850.
 


Pour en savoir davantage sur les peintures de Bouguereau
Sur la peinture académique, ses institutions et ses règles