ABECEDAIRE ET POLICES D'ECRITURE
 


(click on image to see more)
 

Tout alphabet est une collection de signes graphiques qui correspondent à autant de sons vocaux dans une langue déterminée.
A partir du moment où quelques lettres ont été représentées, la tentation devient grande de compléter la série. Pour éviter toute lourdeur, la grande lettre de caractère Elzévir est transparente, unique et le plus souvent centrée.
 

 

DETAIL /  INSERT 

 

 

   

 

 

Les petites lettres sérielles, en général postérieures, sont traitées en aplat et disposées en lignes horizontales ou verticales. Au contraire des pages de garde de dictionnaires, il n'existe pas d'analogie consciente entre le signe et le contenu du tableau.

 

 

 

 

 

LE CHOIX DES POLICES
Times New Roman 1931
Stanley Morison, conseiller durant trente ans en typographie au Times de Londres, créa cette fonte pour le célèbre quotidien. Elle fut pendant une année la seule utilisée, prenant notamment la place des traditionnels caractères gothiques employés alors.
La simplification du dessin de chaque lettre signifiait que le texte pouvait être condensé tout en demeurant clairement lisible, offrant par ailleurs un gain de place appréciable.

 


Cliquez sur le M et les autres lettres !

 

Sabon 1964
Jan Tshichold fut au début de sa carrière un moderniste, prônant la simplicité et les compositions symétriques. Son premier ouvrage « Die Neue Typographie », publié en 1928, eut un impact important sur les membres du Bauhaus. Dans les années trente, Tshichold revint à un style proche de l'alphabet Elzevir. Sa fonte Sabon fut la première à être conçue pour Linotype, monotype et composition manuelle. Elle représente une version modernisée de la célèbre Garamond. A l'heure de l'informatique et du traitement de texte, ces trois genres d'écriture, finalement très proche dans leur graphisme, font parties des types de caractères les plus couramment employés. 

 

 

Aujourd'hui, il existe de très nombreuses polices d'écriture.
Afin de mieux repérer les particularités des caractères typographiques, des méthodes de classification ont été proposées. Pour la classification F.Thibaudeau (1921), le dessin du pied de la lettre, ou empattement, détermine quatre grandes familles.
Bâton : sans empattement (Arial).
Egyptienne : empattement rectangulaire.
Elzévir : empattement triangulaire (Garaldes, Times new roman).
Didot : empattememt constitué d'un trait horizontal fin.

     A Garamond    Arial      Times 


 

 

   Free counter and web stats