LA RELIGION - LA MYTHOLOGIE - L'HISTOIRE - LE GRAND STYLE

 

 

"Notre époque est passée championne dans l'art de défigurer les icônes du christianisme. Mais c'est dans sa vocation d'endurer cela intelligemment."
Professeur d'histoire des religions à la faculté de théologie catholique de l'université de Strasbourg, le dominicain François Bœspflug est l'auteur d'une monumentale histoire de l'Éternel dans l'art, Dieu et ses images. Il analyse les scandales et les controverses qui entourent l'art d'aujourd'hui, de plus en plus souvent qualifié de "christianophobe".

 

 

La pisse du Christ !

Piss Christ d’Andres Serrano - un crucifix photographié baignant dans l’urine de l’artiste - a été vandalisée à coups de marteau le 17 avril 2011 à Avignon par des intégristes catholiques.

Le théologien Damien Casey donne son avis après une première attaque de l’oeuvre en 2000, déjà au marteau, à la National Gallery du Victoria en Australie.
“Piss Christ se trouve au centre de toute une série de controverses et le débat a surtout porté sur des questions de tolérance et de pluralisme. L’affirmation selon laquelle Piss Christ présenterait un caractère offensant pour les chrétiens semble suggérer, à tort je crois, que Piss Christ n’a ni précédent ni place au sein de la tradition chrétienne.
Piss Christ interroge les frontières entre le sacré et le profane. L’œuvre menace l’identité des chrétiens conservateurs, qui répondent en cherchant à l’exclure de la sphère publique. Je considère que ce qui est en jeu ici n’est pas seulement la question de la tolérance dans une société pluraliste, mais aussi celle de la tolérance au sein d’une Église pluraliste. À qui appartiennent les symboles religieux, et qui a le pouvoir de prescrire la manière dont ils sont utilisés ? Ma thèse est que Piss Christ reste une œuvre religieuse, et ce dans la mesure où elle soulève de profondes questions théologiques, touchant au cœur même du christianisme.
Ceux qui considèrent Piss Christ comme blasphématoire semblent considérer que Serrano a profané un objet sacré. Il est alors considéré comme ayant transgressé une distinction qui se doit d’être respectée et protégée. Serrano, pourraient-ils faire valoir, a en effet pissé sur Dieu. Serrano a transgressé le sacré, et il l’a fait avec la dernière des profanations.
Au point de vue théologique, la mort de Jésus représente la forme extrême de l’auto-dessaisissement de Dieu - la kénose. C’est en cela que réside proprement la révélation chrétienne de Dieu : dans la vie et la mort de Jésus, dans sa renonciation à dominer et dans son identification avec la servitude, les pauvres, les opprimés et tous ceux que nous traitons comme de la merde.”

L’avis de l’artiste :
“La photographie et le titre lui-même sont ambigus et provocateurs, mais certainement pas blasphématoires. Au fil des ans, j’ai régulièrement traité de la religion dans mon art. Mon éducation catholique informe ce travail qui me permet de redéfinir et personnaliser ma relation avec Dieu. Mon utilisation de fluides corporels tels que le sang et l’urine dans ce contexte est parallèle à l’obsession du catholicisme avec « le corps et le sang du Christ. » C’est précisément de cette exploration et de cette juxtaposition des symboles que le christianisme tire sa force.”

 

 

 

 

Images de Dieu et images des prophètes ?
Le sujet avait éclaté aux yeux de l’opinion publique en 2006 avec l’affaire des caricatures de Mahomet parues dans un journal danois, celui de la représentation du prophète musulman Mahomet.
Les trois grandes religions monothéistes que sont l’islam, le judaïsme et le christianisme ont comme point commun l’acceptation d’un seul Dieu - Allah pour la religion musulmane - et l’interdiction de le représenter.

Aujourd’hui, l’idée selon laquelle le prophète ne devrait pas être représenté reste très répandue chez les musulmans, même s'il y a parfois des nuances en matière d’imagerie religieuse.
On assiste actuellement à un durcissement et à une simplification sur le sujet. Si l’interdiction de représenter Dieu dans l’islam n’est guère contestée, il n’en va pas de même pour les images de Mahomet, le prophète de la religion musulmane. Aucun passage du Coran n’interdit la représentation des êtres vivants, et donc de Mahomet, qui n’est qu’un homme et non l’incarnation de Dieu. C’est une différence majeure avec la Bible, qui interdit de manière explicite la création d’images dans le second commandement :
«Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.» (Exode XX, 4)
Une interdiction cependant vite abandonnée par les chrétiens, qui ont considéré que l’arrivée sur terre de Jésus, la réincarnation de Dieu, permettait de représenter ces derniers, Dieu et le Christ, de manière figurative avec toge blanche, sandales, barbe et cheveux longs.
Le Christ - sans évoquer les Saintes et les Saints - se trouve représenté dans tous les lieux de culte catholique, romans, gothiques ou plus actuels. L’art contemporain s’est parfois aussi emparé du sujet religieux mais davantage pour le tourner en dérision dans ses installations et vidéos iconoclastes.

Les codes de la nudité occidentale qui reposent sur des passages bibliques interdisent la représentation des organes génitaux. Mais les chrétiens condamnent le péché et non le corps, créé par Dieu à sa ressemblance. Les degrés de nudité marquent aussi le statut du pauvre et du travailleur, l’état de nature, la désocialisation du réprouvé ou du condamné. L’art occidental est peuplé de corps nus : religieux - Christ, martyrs, Adam et Eve, Noé et Canaan et aussi profanes, à partir de la Renaissance qui a redécouvert les canons artistiques antiques.
Aux XVe et XVIe siècles, la nudité se diffuse largement au sein des arts figuratifs, et parfois de manière surprenante et incongrue dans les images religieuses, suscitant d'inévitables interrogations sur les relations quelquefois ambigües qui se tissent entre le nu et le sacré dans l'art de la Renaissance. Si la nudité sert fréquemment de support didactique et dévotionnel au message religieux, son potentiel érotique risque également de les déborder, voire de les contredire, l'accord entre nu et sacré se trouvant alors menacé, troublé, peut-être même rompu. Partagé entre le propos religieux et l'attrait sensuel de la chair, le nu dans la Religion sera désormais l’objet de critiques et de censure, surtout après le concile de Trente.

13 décembre 1545 - Concile de Trente et Contre-Réforme
Le pape Paul III Farnèse convoque en 1542 un grand concile oecuménique à Trente, dans les Alpes (aujourd'hui en Italie). Il débute officiellement le 13 décembre 1545. Le pape l
ui donne pour objectif de revigorer l'Église catholique qui va s'en trouver profondément modifiée.

 

 


 

 

Le premier évangile de Matthieu a été choisi comme sujet-référent pour une suite d'eaux-fortes et aquatintes, gravée en 1972, dans le cadre d'un diplôme de gravure des beaux-Arts.
Seules, quelques peintures aborderont encore par la suite le sujet religieux.

 


 

 

 

 

 

1975, Exposition Alianza Francesa -  Calle 59 n° 626 La Plata
Ex alumno de las escuelas de Bellas Artes de Reims y Besançon, Marc Verat presenta una serie de grabados y dibujos con referencia biblica en esencia,
donde su meta principal es sensibilizar los hombres necesitados de justicia, ateos o no... Sus trabajos reflejan una dimensión humana según el evangelio de San Mateo.
Sin embargo, está claro que Marc Verat está lejos de admitir sistemáticamente los escritos evangélicos
puesto que los selecciona transmitiéndolos bajo una forma personal de grabados , dibujos y pinturas. cf/La Plata, Jean-Marie Gerber

 

 

 

 

 

Le rideau s’ouvre sur une scène de théâtre. Le décor, composé de buissons factices plats et chantournés, est statique. Cinq Vénus de Milo font référence à nos racines culturelles gréco-romaines.
Le visage du Christ dans un cercle représente une majorité catholique propre à la France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

L'Evèque de Nevers Thierry BRAC de la PERRIERE et Patrick H DOROCANT

 

Expo Le CHRIST Galerie K13 à Nevers Du 8 Août au 9 Septembre
BERNARD DAMIANO, MICHEL PHILIPPART, MARC VERAT, ROSE AYMES
La représentation artistique de Jésus-Christ dans l’art chrétien est devenue un thème majeur de l’art occidental, ainsi qu’en Europe orientale. Jésus-Christ, les différents épisodes de sa vie, ont été représentés de différentes manières au cours des époques...

Communiqué radio/ Patrick Dorocant
Il y a environ 4 mois un ami m’a montré une suite de gravures représentant l’Evangile de Matthieu, exécutée en 1972 pour son examen des beaux-arts de Reims par Marc Vérat. J’ai donc contacté Marc Vérat qui m’a ouvert les portes sur des peintures qu’il avait faites sur ce même thème de la religion.
Ayant auparavant exposé Bernard Damiano dans ma Galerie K13, rue de Nièvre à Nevers, je connaissais la portée symbolique du sujet et de l’artiste qui fit don à l'Église Paroissiale de “Sancto Lucio De Coumboscuro” de 14 peintures et de “Lou Christ Sagnànt”, un crucifix en bois qui possède une extraordinaire force plastique.
Un peintre, ami de Marc Vérat, Daniel de Courville m’a tout de suite proposé d’exposer son Christ de Damiano et j’ai ensuite téléphoné à un collectionneur de Nevers, ville d’art et d’histoire, qui nous a prêté sa Pieta du même Damiano. J’avais réuni deux pièces maitresses de la collection. Michel Philippart avec la série des télévisions en référence à la Chapelle Saint-Sylvain et l’introduction de Rose Aymes avec sa “Pietà Blue” ont donné l’impulsion finale – l’harmonie était faite. Du moins je le croyais, jusqu'à ce que Rose me présente Jean-Marie Roch et son travail sur les clous de la croix. Mais ils sont là, présents, à eux de vous livrer leurs sentiments, leurs explications.

In August 2016... K13 Galerie Nevers - BERNARD DAMIANO, MICHEL PHILIPPART , MARC VERAT
Will show an artistic representation of religion. Christ in Christian art, has become a major theme in Western art, as well as Eastern Europe. Jesus Christ has been represented in different ways over the ages, as well as to illustrate the various episodes of his life.
Website:
http://www.ktreize.com/

 

INTERVIEW GALERIE K13 (27.93 MB)

 

Vers la Piéta d'Annibal Carrache           Vers effets sur clairs-obscurs