"Rue de Paris et temps de pluie", Gustave Caillebotte, huile sur toile, 212 x 273

 

 
 

Caillebot1.jpgCette toile, réalisée en 1877, s'attache à représenter les quartiers que le peintre a successivement habités : par exemple celui de l'Europe où se trouvait la maison familiale, à l'angle des rues de Miromesnil et de Lisbonne. Il a également représenté le boulevard Haussmann vers l'Opéra. Il s'agit alors de quartiers neufs et résidentiels, inscrits dans la deuxième tranche des travaux, commencée en 1858. Ce nouveau Paris, avec ses ensembles cohérents, denses et réguliers, intéresse bien des artistes ; Manet peint lui aussi le nouveau pont de l'Europe et Monet ne manque pas de passer en revue la gare Saint-Lazare.

Caillebotte présente ici une vue nette et réaliste du Paris bourgeois, haussmannien. Au centre de la toile s'ouvre une perspective à deux points de fuite qui accentue la profondeur, un réverbère partage le tableau en deux parties égales et se trouve dans l'alignement d'un des points de fuite. La ligne d'horizon se situe à l'exacte hauteur des yeux du spectateur et traverse la tête de tous les personnages figurant dans la composition, du couple grandeur nature du premier plan à ceux, plus éloignés, qui s'enfoncent dans les rues. Les pavés contribuent non seulement à rendre l'espace mais aussi, par leur aspect brillant, à souligner cette atmosphère de temps de pluie.

Raboteurs de parquet, Gustave Caillebotte, 1875

Grand amateur et défenseur des impressionnistes, Caillebotte était aussi un peintre attentif aux réalités contemporaines. Le sujet des raboteurs de parquet est apparu comme insolite et moderne pour l'époque : en dehors des paysans, les travailleurs sont peu représentés en peinture. Le tableau a aussi étonné, et souvent déplu, par son traitement non traditionnel de la perspective, et la force de ses lignes diagonales.

L'écrivain et caricaturiste Bertall, dans son compte rendu sur l'exposition impressionniste de 1876 dans Le Soir du 15 avril 1876, ironise : "M Caillebotte, si remarquable par son profond mépris de la perspective saurait très bien, s'il le voulait, faire de la perspective comme le premier venu. Mais son originalité y perdrait. Il ne fera pas cette faute."

The floor scrapers, 1876