Guillaume Seignac 1870 -1924, The awakening of Psyche

            

Chez Guillaume Seignac, un des spécialistes du nu, la nymphe se mue prosaïquement en banal modèle vivant posé là, en pleine nature ou dans un décor bourgeois à la mode de l'époque dont on retrouve les éléments dans plusieurs tableaux. Cette nymphe, quand il faut, sait prendre la bonne pose - un peu provocante - pour faire vendre car il s'agit bien aussi de cela et, d'ailleurs, pourquoi le peintre en aurait-il honte ? Il faut bien vivre !
Le sujet semble certes léger mais il est néanmoins traité avec talent et une certaine modernité, par sa facture proche de l’impressionnisme.

Les peintures de Guillaume Seignac continuent à être appreciées et les reproductions sous forme de posters ne sont pas rares. Élève de Bouguereau, Guillaume Seignac fait partie des plus célèbres peintres académiques de la Belle Epoque.
En cette toute fin de XIXème siècle, il existe une multitude de courants picturaux. Et si la mode est déjà à l'impressionisme, il existe toujours d'innombrables amateurs pour cette peinture académique un peu sensuelle, dont la production de Seignac fait assurément partie. Son maître, William Bouguereau est, à l'instar d'un Cabanel, toujours adulé et respecté du monde entier mais plus pour bien longtemps. Aujourd'hui appelés avec dérision "artistes pompiers", ces peintres qui ont perpétué la manière ingresque où le dessin reste fondamental avec des sujets souvent inspirés de l'Antiquité, vont en effet rapidement perdre leur aura au bénéfice de l'art moderne.
Guillaume Seignac est né en 1870 à Rennes et décédé en 1924. Il est sociétaire des Artistes Français à partir de 1901. Il exposa au Salon jusqu'en 1924, et obtint une mention honorable en 1900 puis une médaille de troisième classe en 1903.


 


 Vers les Hommages